•  

      

    "...Qui racontera l'histoire des forçats mourant dans la Serra Pelada ?...

    Qui pourra dire ce que l'on sent quand la nuit tombe sur la mine où 70 000 hommes rêvent aux pépites de 75 kg ...

    ...Qui profitera de cette montagne d'or ? Les formigas ? Les journaliers ? Les garimpeiros ou les généraux qui dorment tranquilles dans leurs appartements de luxe à Rio ?

    Bernard Lavilliers.

    Notes de voyages. 1987

            

     

     

     "SERRA PELADA"

    la fièvre de l'or 

     

                                        Gentilhommes de fortune (live 1989)

     

     

     

     

                                         ON EST DES MILLIERS DANS LA MINE

                          TREMBLANTS DE CETTE FIEVRE D'OR

                          ON CREUSERA JUSQU'A LA MORT

                           POUR CETTE COULEUR ASSASSINE.

                                           LE SOLEIL EST AU FOND DU TROU

                         QUI SUINTE L'EAU ET LA VERMINE

                         ON EST DES MILLIERS DANS LA MINE

                         ACCROCHES A CE REVE FOU.

                         (...)

                          SAIGNE LA BOUE,

              MONTE L'ECHELLE,

              LES YEUX CREUSES,

              LE DOS EN SANG...

               QUAND LES SOURIRES N'ONT PLUS DE DENTS

            ET QUE LA MAIN COLLE A LA PELLE.

     

        

                       

            Le silence des jungles a recouvert les corps

       Des indiens massacrés aux frontières colombiennes.

     

    LES UNS SE SONT PERDUS DANS LE FOND DES LAGUNES

    LES AUTRES DEVENUS GENTILHOMMES DE FORTUNE

     

     

     

     

    OU D'INFORTUNE ! 

     

     

                              (Textes de Bernard Lavilliers -dessins : Yvesd 

                    d'après les photos de Sebastiao Salgado)

                                                

     

     

                                                                         

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Octobre 2013 à 22:37

    D'après les photos de Sebastio Saldago, oui, mais les dessins, c'est toujours toi, non ? Magnifique ! La deuxième (sans prendre en compte la pochette) est super impressionnante de détails . Je n'ose même pas imaginer le temps passé  ...

    2
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 07:41

    j'adore Lavilliers, je le suis depuis toujours et les dessins sont superbes, bises et bonne journée Yves

    3
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 07:47

    Oui, c'est impressionant la foultitude de détails ... Que de patience !

    4
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 17:23

    encore bravo et une belle histoire à suivre , bien illustrée qui donne envie de revenir chez toi

    5
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 20:00

    Merci à vous ma garde rapprochée, vos commentaires me font toujours autant plaisir.A bientôt de vous relire...

    Amitiés

    yvesd

    6
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 19:19

    J'aime beaucoup Lavilliers ...Ses textes ont tellement ce triste réalisme...

    Merci pour la musique les textes et tes dessins...

    Bonne soirée à toi

    7
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 20:01

     superbe

     aussi fan de  Lavilliers

     j ai lu  avec intéret l histoire

     bonne fin de journée

     kenavo

    8
    Samedi 12 Octobre 2013 à 19:50

    ah LAVILLIERS   superbe  merci toi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :